Il y a un an, je vous racontais ma mésaventure HNI, mon pire fail d’hygiène naturelle infantile à ce jour. Je vous la partage à nouveau, avec quelques réflexions et leçons que j’ai tirées de cet événement.

Mon histoire

Nous faisons des commissions dans un petit mall extérieur. Il fait beau, c’est la fin de la journée. Nous décidons de prendre une pause sur un banc dehors. Comme Élie commence à chigner, je décide de changer sa couche et j’essaie de lui faire faire pipi à côté d’une boutique apparemment fermée. Je m’accroupis avec Élie face à la vitrine, dos aux potentiels passants, question d’avoir un peu d’intimité.

J’attends, j’attends… coudonc, est-ce qu’il va faire caca? Je lève ses fesses vers la vitrine pour voir dans son reflet si quelque chose s’en vient. Rien.

J’attends, j’attends… puis finalement je vois deux vendeuses dans la boutique. Oups! Peut-être qu’elles sont en train de fermer. Je regarde bien. Oups! Il y a plein de clients et je suis juste vis-à-vis la caisse! J’éclate de rire. Mon mari trouve ça drôle. Le bébé comprend rien.

Bref. J’ai flashé les fesses d’Élie à plein d’inconnus et il n’a rien fait en plus. On lui a mis une couche propre et on est partis rapidement. Je pense qu’on ne retournera plus à ce mall.

Mes réflexions

Sur le coup, je me suis sentie un peu mal à l’aise. Pour quelqu’un d’extérieur à la situation, ce que je venais de faire était vraiment bizarre. Mais si mon bébé avait fait pipi, les gens auraient-ils trouvé ça moins ou encore plus bizarre?

L’hygiène naturelle infantile ne fait pas partie de nos normes sociales en Occident. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose? Est-ce si pire que ça, proposer à son bébé de faire pipi en pleine ville?

À mes détracteurs, j’ai trois points à présenter :

1. C’est un micro-pipi

Les bébés ont des toutes petites vessies, qui n’accumulent honnêtement que quelques millilitres d’urine. Alors quand un bébé fait pipi par terre, on parle vraiment d’un micro-pipi! En plus, il est d’habitude très clair et inodore, puisque les bébés boivent beaucoup de liquides.

2. Les chiens le font bien!

Si les bébés faisaient pipi en plein air, ça ne serait pas pire que les chiens qui font pipi partout et à ce que je sache, les gens ne s’en plaignent pas trop.

3. En dernier recours

Néanmoins, le pipi en pleine ville devrait être notre dernière option. Personnellement, j’essaie de l’éviter autant que possible, mais quand on a pas accès à une toilette moindrement proche ou adaptée, c’est ainsi qu’on procède.

Mes leçons

Dans la dernière année, j’ai adopté des nouvelles manières de faire qui me permettent d’éviter de me retrouver dans une situation similaire. Grace à quelques accessoires et certaines astuces, je peux proposer à mon bébé de faire ses besoins en public, tout en confort et en discrétion.

Mes produits préférés

La chose qui a révolutionné nos habitudes d’HNI à l’extérieur de la maison est le pot de voyage. Il vous permet, en tout lieu et à tout moment, d’offrir le pot à votre bébé ou votre enfant. Plusieurs options existent sur le marché. Personnellement, nous avons adopté la Potette plus et son insert réutilisable.

Certaines personnes préfèrent le pot de voyage OXO. La seule chose qui me déplait de ce pot, c’est qu’il n’y a pas d’insert réutilisable qui vient avec. Pour l’utiliser comme pot (plutôt que comme réducteur de siège de toilette), il faut absolument utiliser des sacs de plastique. Pour une comparaison complète entre ces deux produits, voir l’article très complet de EC Peesy.

Une amie m’a récemment raconté qu’elle aime beaucoup ce siège de toilette pliable. Elle l’utilise avec sa fille de 5 mois. Voici ce qu’elle en dit : « J’ai acheté ça pour [mon bébé]. Elle commençait à être trop grande et lourde pour que je la tienne. C’est super! Pliant (donc je peux le ranger sur le dessus de la toilette), confo (il est tout mou) et portatif (vient avec un petit sac de transport). »

Pour faciliter le transport et le rangement, je traîne toujours avec nous notre Potette et son insert dans un wetbag Bumkins, qui a exactement la bonne taille pour les stocker. C’est super compact!

   

 

Il ne me faut que quelques secondes pour tout sortir du sac et soit 1) installer la Potette sur une toilette en guise de siège réducteur ou 2) installer la Potette et son insert en pot de voyage (voir photos plus bas).

Je l’ai beaucoup utilisé lors de nos cours de danse portage. Bien que les cours se déroulent dans un centre de jeu où les toilettes sont parfaitement adaptées à l’hygiène naturelle infantile, le studio de danse est tellement loin que je n’ai jamais le temps d’amener mon bébé à temps, avant et après le cours.

Comme les bébés n’ont pas tendance à faire leurs besoins lorsqu’ils sont portés, j’aime mettre Élie sur le pot directement en le sortant de l’écharpe. J’ai généralement une belle surprise! Et ça me permet de faire découvrir l’HNI aux mamans qui participent à mes cours.

Élie fait ses besoins dans le pot après le cours de danse-portage. Il porte des culottes d’entrainement Burt’s Bee et un pantalon en laine Chunkabuns.

La Potette nous a aussi été utile en voyage, autant sur la route du retour vers Québec que lors de notre séjour en Allemagne. Voici comment elle peut être utilisée sur une toilette comme siège réducteur (pas besoin de l’insert).

Petit pipi au réveil, à l’hôtel.

Si vous vous déplacez beaucoup en voiture, il est également possible de garder un petit pot régulier dans votre coffre. Il ne prendra pas beaucoup de place et pourra s’avérer très utile! Votre enfant aimera peut-être retrouver le confort de la maison en utilisant son pot habituel.

C’est une bonne habitude à inculquer à son enfant que de lui offrir de faire ses besoins avant d’embarquer en voiture. Sachez aussi que les bébés n’ont pas tendance à faire pipi et caca dans le siège d’auto (à moins de longs trajets). Si vous pouvez offrir le pot dès que vous sortez votre bébé de l’auto, il y a de bonnes chances qu’il se soit retenu et qu’il apprécie de pouvoir se relâcher dès que possible. Il existe des protecteurs de siège d’auto au cas où votre enfant ne parviendrait pas à se retenir jusqu’à votre prochain arrêt (ou pour tout autre dégât qui peut survenir lors d’un road-trip).

Pendant nos nombreux longs trajets, j’ai effectivement remarqué qu’Élie était capable de se retenir une heure, deux heures et parfois même plus lorsque nous roulons en auto. J’ai cependant tendance à lui faire faire pipi directement à côté de l’auto, en utilisant les portières pour nous cacher.

Si votre bébé a moins de six mois, je vous conseille de vous procurer dès maintenant un pot chapeau. Il vous sera utile autant à la maison qu’à l’extérieur, en vous permettant d’offrir le pot confortablement à votre petit.

Le pot chapeau de Tiny Undies. Utilisez mon code HNIQUEBEC5 pour 5$ de rabais sur vos achats.

Mes meilleures stratégies

J’ai aussi quelques astuces qui me permettent de mieux planifier nos sorties. La première est de bien connaître les signaux et le rythme de notre bébé. Lors de ma mésaventure, j’ai offert à Élie au moment où je changeais sa couche. Il s’agit d’un des moments-clés suggérés dans l’aide mémoire « Quand offrir le pot?« . J’utilise BEAUCOUP les moments-clés lors de nos sorties. Les transitions sont plus évidentes à l’extérieur de la maison : on arrive, on repart. C’est facile d’offrir le pot à ces moments.

Mais pour les sorties plus longues, on a avantage à connaître les signaux de notre bébé et son rythme naturel. J’ai déjà réussi à garder Élie au sec pendant plusieurs heures d’affilée et même une journée complète en me basant sur les transitions et son rythme naturel (voir mes histoires ici et ici).

Offrir moins, mais offrir mieux.

C’est la clé d’après moi! Et pour savoir comment offrir mieux, demandez ma trousse de départ.

Ensuite, j’essaie d’être plus discrète, autant pour Élie que pour moi! Saviez-vous que dès 10 mois, les bébés peuvent avoir besoin d’intimité pour faire leurs besoins? Sans parler des regards désobligeants que vous pourriez recevoir.

Si vous vous déplacez en voiture, vous pouvez garder un pot dans la voiture et proposer à votre enfant de faire pipi DANS l’auto.

Crédit photo : Go Diaper Free.

Comme nous n’avons qu’une petite Corolla, il n’y a pas vraiment de place pour offrir le pot à l’intérieur de l’auto. Mon fils fait donc pipi à côté de celle-ci. En position classique HNI, j’utilise les portières pour nous protéger. Si nous sommes à proximité d’un arbre ou d’un buisson, nous allons nous y cacher.

Position classique HNI : le parent tient l’enfant par les cuisses et l’appuie bien contre lui pour qu’il soit supporté. Cette position peut être prise avec des bébés de tous âges.

Vous pouvez aussi essayez d’être aussi badass que Ashta. Moi je n’y arrive pas!

Crédit photo : @ashtaravaganza sur Instagram.

Si vous êtes à proximité d’une toilette publique, elle est évidemment faite pour ça, alors n’hésitez pas à l’utiliser. Il y a plusieurs positions que vous pouvez adoptez avec une toilette. Par exemple :

Crédit photo : @lindseymeehleis sur Instagram.

En traînant un pot de voyage, vous avez la liberté de proposer le pot à peu près n’importe où. Les gens vont accepter beaucoup plus facilement un enfant qui fait ses besoins dans un pot que directement sur le sol (ou même sur le gazon). Même dans des lieux publics et des endroits inusités (comme un avion), le pot vous donnera beaucoup plus d’options! Les gens qu’on visite préfèrent généralement cette manière de faire, plus habituelle dans notre culture.

Crédit photo : Go Diaper Free.

Offrir le pot en bateau… oseriez-vous? Andrea Olson l’a fait!

Le mot de la fin

J’espère que ces trucs vous aideront à pratiquer l’HNI en sortie et en voyage. Beaucoup de parents rapportent pratiquer l’hygiène naturelle infantile avec encore plus de succès à l’extérieur de la maison qu’à l’intérieur.

Est-ce votre cas? Dites-moi en commentaire si vous osez faire l’HNI en voyage et sortie! Comment y parvenez-vous?


2 commentaires

Natacha Guillaume · octobre 19, 2018 à 8:38

Coucou Ariane 🙂
et merci de nous faire partager cette mésaventure! J’ai bien ressenti ton malaise à la lecture de ton article, puis, comme ton mari et toi, j’ai bien rigolé, ensuite 😉
Cette réflexion sur les chiens qui font pipi dans la rue, je n’y avais jamais pensé…
Quand ma fille était tout bébé, je ne pratiquais pas l’HNI dehors, cela me stressait trop. A vrai dire, je ne l’envisageais même pas. Puis, plus elle grandissait, plus je prenais confiance. Je lui ai d’abord proposé des pipis dans les toilettes des cabinets médicaux ou dans ceux des magasins. Puis chez des amis ou la famille. Et enfin, sur des parkings ou au bord de la route…
Je vois qu’avec mon fils j’ai pris confiance beaucoup plus vite!
Bises,
Natacha

    hniquebec · octobre 22, 2018 à 10:05

    Allo Natacha, contente que ça t’aie plu et bonne chance avec ton coco!

Répondre à Natacha Guillaume Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *